Suivez le guide à la découverte des sites remarquables du Pays des Écrins, un site privilégié aux portes de l’un des parcs naturels les plus anciens de France: le Parc national des Écrins.

 

Les sites remarquables (et incontournables) du Pays des Écrins


Le refuge Lemercier, unique refuge musée des Alpes
Cet ancien refuge construit en 1892, annexe du refuge du Pelvoux, situé à 2704 m d’altitude a été rénové par le Club Alpin Français, le Parc national des Écrins et la commune de Pelvoux en collaboration avec le gardien du refuge. Après de nombreuses années d’abandon, il offre dorénavant la possibilité aux alpinistes et randonneurs de passage de dormir sur une bannette, entourés par des objets d’époque retraçant les premières ascensions du Mont Pelvoux.

La réserve biologique des Deslioures, dans le Vallon du Fournel
Plus grand site européen de Reines des Alpes plus communément appelées Chardons Bleus. Créé en 1993 par l’Office national des Forêts, ce site est classé Natura 2000 afin de préserver sa biodiversité. Outre les Reines des Alpes, près de 900 variétés de fleurs ont été recensées.

Dormillouse
Situé au coeur du Parc national des Écrins, il est le seul village en zone coeur du Parc habité à l’année. Ce lieu insolite est accessible facilement par un sentier de montagne. La première école d’instituteurs (l’école Normale) y est créée par Félix Neff en 1823, pour les hommes et pour les femmes.

Le Pré de Madame Carle
Haut-lieu de tourisme et d’alpinisme français, au pied du Glacier Blanc et du Glacier Noir, ce site protégé est le point de départ de nombreuses randonnées et courses en montagne.

Ailefroide, le village qui renaît chaque été
Hameau situé au pied des plus hauts sommets de la Région PACA. Des sommets qui dépassent les 4000 m d’altitude (le Dôme des Écrins, la Barre des Écrins, le Pelvoux), des glaciers (le Glacier Blanc, le Glacier Noir)... confèrent à ce territoire un caractère spécifique, une ambiance haute-montagne faite de témoignages, d’histoires de tranches de vie des guides de haute-montagne, qui ont contribué à développer le tourisme dans le Pays des Écrins. Deuxième centre d’alpinisme français, c’est pour son environnement et ses paysages glaciaires que le Pays des Écrins est réputé dans le milieu de la haute-montagne. Ce village typique de haute montagne est accessible en voiture uniquement à la fonte des neiges. Préservé, il est le lieu de rencontre de tous les passionnés de hautemontagne.
Pour entendre les histoires des anciens guides de la vallée, il faut faire une pause au « Pas de la Rosse », le café juste en face du Bureau des Guides des Écrins.

Le Col de la Pousterle
Situé à Puy-Saint-Vincent, il permet d’admirer un panorama exceptionnel avec une vue sur le MontBrison, le Pelvoux, le Glacier Blanc, le Vallon du Fournel... une vision à 360° du Pays des Écrins.

La Mine d’Argent à l’Argentière-La Bessée
De la mine d’argent aux usines Pechiney en passant par l’aménagement hydro-électrique, la cité possède un riche passé industriel qu’elle met en valeur par le biais d’un circuit du patrimoine. Le Musée des Mines d’Argent présente le résultat de 12 années de recherches archéologiques sur le site minier du Fournel : systèmes de pompage, roues hydrauliques et treuils qui permettaient, au XIXème siècle une exploitation du filon jusqu’à 80 m sous le lit du torrent.