On a beau avoir une voiture équipée de pneus neige fraîchement posés et partir confiant les chaînes dans le coffre, il est préférable de connaître deux ou trois bons tuyaux avant de s’aventurer sur une route enneigée. L'heure des vacances au ski a bientôt sonné, c'est le moment de s'informer pour éviter les mauvaises surprises !

Influencée par différents facteurs comme le type de voiture, la qualité des pneus, la quantité de neige sur la route ou encore le comportement du conducteur ; la conduite sur route enneigée peut vite devenir un véritable cauchemar. Il n’y a qu’à voir la pagaille qu'elle provoque, en quelques heures, sur les routes citadines ! Réduisant l'adhérence, il faut savoir que la conduite sur neige est très différente de celle sur l'asphalte. Loin d’être innée et malheureusement rarement enseignée lorsque l’on passe le permis de conduire, il n'y a que sur les conseils avisés de pilotes plus expérimentés et sur sa propre expérience que l'on peut compter.
En plus de diminuer considérablement sa vitesse, des gestes de conduite particuliers sont à adopter pour ne pas finir en tête à queue, dans un talus ou bloqué en pleine montée.

Au tour de Skiinfo de vous présenter ses conseils pour rouler dans les meilleures conditions de sécurité sur route enneigée.

  

Équipez vos pneus


Surface d’adhérence indispensable pour diriger une voiture, les pneus remplissent d’autant plus leur fonction sur route hivernale. Les pneus classiques d’été, même neufs, sont très peu compatibles avec la neige et le verglas car leur structure adaptée aux routes sèches les démunit de leur adhérence. Possédant une gomme et une sculpture complètement différente, les pneus « hiver », appelés plus communément « pneus neige », sont fortement conseillés dès que l’hiver pointe le bout de son nez. Pour un maximum d’efficacité, il est préférable d’équiper ses quatre roues à l'identique.
Lorsque la route devient impraticable et que vous n'êtes pas équipés de pneus neige, c’est le moment de sortir les chaînes (à garder au chaud dans le coffre). Un conseil : entraînez-vous au moins une fois au montage avant de vous retrouver au moment venu, en pleine nuit sans savoir comment vous y prendre. Il est alors important de s'arrêter sur les aires de chaînage pour éviter de gêner les autres automobilistes et provoquer des embouteillages. Deux règles indispensables : les monter sur les roues motrices (à l’avant sur la majorité des voitures) / Ne jamais rouler au-dessus de 50 km/h.

  

Misez sur la visibilité

 

Avant de partir, assurez-vous d’avoir déneigé toute votre voiture. Le pare-brise et les vitres sont bien évidemment primordiaux, mais également le capot et le toit, pour éviter, en cas de freinage ou de rafale de vent, que la couche de neige ne se retrouve sur votre pare-brise vous bouchant dangereusement la visibilité. Pour être à votre tour visibles, allumez vos feux de croisement et vos feux arrière de brouillard si la tendance est à la tempête de neige et au brouillard.

  

Gare au freinage !


Évitez à tout prix les coups de frein brusques, déclencheur de perte d’adhérence donc de patinage. Privilégiez avant tout le frein moteur et si vous devez ralentir, freinez très doucement pour éviter de bloquer les roues. Et surtout, ne freinez pas en tournant les roues, vous risquez de filer tout droit.

 

Anticipez les zones à risque


Ponts, sous-bois ombragés, ronds-points, tunnels, cols de montagne... sont souvent des zones où le verglas se forme. À leur approche, ralentissez et redoublez de vigilance.

 

Dosez votre accélération


Pour maintenir une bonne adhérence, tout se joue dans le dosage de l’accélération. Une accélération brutale fera partir à coup sûr votre voiture en glissade. Lever le pied permet souvent de retrouver de l'adhérence et du pouvoir directionnel.
- Au démarrage : en première, lâchez très doucement l'embrayage sur une distance de 150 mètres environ pour éviter que les roues perdent leur adhérence et patinent. Si c'est le cas, relâchez l'accélérateur au maximum pour que les roues récupèrent de l'adhérence puis rembrayez doucement pour reprendre le contrôle.
- En côte : gardez un régime relativement bas (en deuxième, par exemple). Si les roues commencent à patiner, relâchez un peu l'accélérateur pour retrouver de l'adhérence.

 

Exagérez les distances de sécurité


Sur les routes de station de ski, il arrive fréquemment de se faire bloquer derrière une voiture qui s’arrête subitement pour cause de patinage. Si vous roulez suffisamment éloignés, vous aurez le temps de l’éviter et de continuer votre route tranquillement. Pensez aussi à la distance de freinage, qui est bien plus grande sur les routes neigeuses.

 

Facilitez le passage des engins de déneigement et salage


Prudence sur l’autoroute lorsque le message « déneigement en cours » est annoncé. Il est interdit de les doubler lorsqu’ils sont en action et obligatoire de leur faciliter le passage, surtout sur les routes étroites.

 

Redoubler de vigilance, adopter une conduite souple, anticiper au maximum : voici les principales règles d'or à retenir pour éviter les sorties de route et accidents. Pour ceux qui préfèrent s’entraîner en toute sécurité, des stages de conduite sur circuits spéciaux, encadrés par des pilotes instructeurs existent. Des séances d'initiation axées sur la sécurité vous apprendront à manier votre voiture sans glisser et à faire des têtes à queue maîtrisées. Pour les pilotes en herbe, des stages plus poussés leur apprendront à maîtriser la conduite « glissée ».  
À retrouver dans certaines stations ccueillant le Trophée Andros (Alpe d’Huez, Serre-Chevalier, Isola 2000) ainsi qu'à Tignes, Flaine, Chamrousse, Val d'Isère, Orcières 1850, Val d’Allos, Courchevel et Chamonix.

Bonne route !